Liens

Recherche sur le site
Recherche de documents
Contact

La Cour

Historique
Membres de la Cour
Présidence
Chambres et comités
Juges ad hoc
Fonctionnement
Assistance financière aux Parties
Rapports annuels

Le Greffe

Greffier
Organigramme du Greffe
Textes régissant le Greffe
Bibliothèque de la Cour
Emploi
Programme relatif aux Judicial Fellows
Stages
La section des achats

Affaires

Liste des affaires
Arrêts, avis consultatifs et ordonnances

Documents de base

Charte des Nations Unies
Statut de la Cour
Règlement de la Cour
Instructions de procédure
Autres textes

Compétence

Compétence en matière contentieuse
Compétence en matière consultative

Espace Presse

Communiqués de presse
Calendrier
Services aux médias
Multimédia
Questions fréquemment posées

Informations pratiques

Se rendre à la Cour
Visites
Jours de congé officiels
La Cour en quelques clics
Liens
Questions fréquemment posées

Publications

Introduction

Cour permanente de Justice internationale

Série A : Recueil des arrêts (1923-1930)
Série B : Recueil des avis consultatifs (1923-1930)
Série A/B : Recueil des arrêts avis consultatifs et ordonnances (à partir de 1931)
Série C : Actes et documents relatifs aux arrêts et aux avis consultatifs de la Cour / Plaidoiries, exposés oraux et documents
Série D : Actes et documents relatifs à l’organisation de la Cour
Série E : Rapports annuels
Série F : Index
Autres documents


English

Questions fréquemment posées : programme relatif aux Judicial Fellows et fonds d’affectation spéciale


Le programme

1. Les candidat(e)s peuvent-ils/elles postuler directement au programme relatif aux Judicial Fellows ?

a.
Non, la Cour n’accepte pas les candidatures individuelles. Pour être admissible, une candidature doit être proposée et soumise par une université.

2. Existe-t-il des restrictions quant aux candidat(e)s susceptibles d’être sélectionné(e)s par les universités ?

a.
Le programme a été créé afin de permettre à de jeunes diplômé(e)s en droit d’acquérir une expérience professionnelle à la Cour. Toutes les candidatures doivent répondre aux conditions générales d’admission figurant sur le site Internet de la Cour. Les bourses du fonds d’affectation spéciale sont destinées aux étudiant(e)s ou jeunes diplômé(e)s présenté(e)s par des universités de pays en développement qui n'ont pas les moyens de fournir un soutien financier.
b.
Les candidat(e)s ne doivent pas être âgé(e)s de plus de 31 ans à la date de commencement du programme. Des dérogations peuvent toutefois être accordées dans certaines conditions.

3. Combien de candidat(e)s une université peut-elle sélectionner aux fins du programme ?

a.
La Cour n’impose pas de limite quant au nombre de candidat(e)s pouvant être présenté(e)s par établissement. Les universités sont encouragées à ne pas se limiter à une seule candidature si elles estiment que plusieurs candidat(e)s présentant les qualifications requises répondent aux critères fixés pour participer au programme.

4. Y-a-t-il des exigences linguistiques pour participer au programme ?

a.
Aucune certification linguistique particulière n’est requise. Le français et l’anglais sont les langues officielles de la Cour. Les participant(e)s au programme doivent avoir une excellente maîtrise de l’une de ces deux langues et une grande aisance rédactionnelle dans celle-ci. Une connaissance pratique de l’autre est un atout. Veuillez consulter le tableau d’équivalence.
b.
Le dossier de candidature (y compris les relevés de notes) peut être soumis en anglais ou en français. Il est préférable, lorsque les relevés de notes sont établis dans une autre langue, de les faire certifier conformes par l’université et traduire en anglais ou en français.

5. En quoi consiste un bon dossier de candidature au programme relatif aux Judicial Fellows ?

a.
Si la Cour n’impose aucune condition formelle ni exigence de notes pour être retenu(e) en vue du programme, il s’agit toutefois d’un processus extrêmement compétitif. Il appartient à chaque université de choisir les candidat(e)s qu’elle estime les mieux qualifié(e)s pour être sélectionné(e)s. Les universités sont vivement encouragées à ne proposer que des candidat(e)s qui ont obtenu d’excellents résultats lors de leurs études de droit, et fait la preuve de leur intérêt pour le droit international public dans le cadre de leur parcours universitaire, de leurs publications ou de leur expérience professionnelle.

Bourses octroyées au titre du fonds d’affectation spéciale

6. Qui peut demander une bourse du fonds d’affectation spéciale ?

a.
Les bourses du fonds d’affectation spéciale sont destinées aux candidat(e)s présenté(e)s par des universités de pays en développement qui n’ont pas les moyens de leur fournir un soutien financier. Pour savoir si une université et un(e) candidat(e) donné(e)s peuvent prétendre à une telle bourse, il convient de consulter la liste des Etats habilités figurant sur le site Internet de la Cour, qui a été établie à partir du rapport sur le développement humain 2021/2022 du PNUD. Il appartient à chaque université de décider si elle souhaite faire une demande de bourse pour ses candidat(e)s ou les parrainer financièrement.
b.
Le nombre de candidat(e)s retenu(e)s chaque année pour bénéficier d’une bourse dépend des ressources disponibles du fonds.

7. Comment une université doit-elle indiquer qu’elle propose un(e) candidat(e) à l’octroi d’une bourse du fonds d’affectation spéciale ?

a.
Pour postuler à l’octroi d’une bourse, l’université doit sélectionner l’option «Candidature au titre du fonds d’affectation spéciale» dans le formulaire de candidature en ligne. Il lui est en outre conseillé de préciser dans sa lettre qu’elle demande une prise en charge financière de l’intéressé(e) par le fonds d’affectation spéciale.

8. Que couvre la bourse du fonds d’affectation spéciale et comment est-elle versée ?

a.
La bourse consiste en une allocation mensuelle couvrant les frais de subsistance à La Haye, ainsi que les frais de voyage et d’assurance maladie. Elle doit permettre au bénéficiaire de profiter pleinement de sa participation au programme sans devoir faire face à des difficultés financières.
b.
L’allocation est directement versée par le Secrétariat des Nations Unies au/à la candidat(e) sélectionné(e), sous forme de mensualités.

La procédure de candidature

9. Le formulaire de candidature en ligne requiert la désignation par mon université d’un point de contact autorisé. Quel rôle celui-ci joue-t-il dans la procédure de candidature ?

a.
Il s’agit de la personne qui présentera, au nom de l’université, le dossier de candidature et répondra aux questions que la Cour pourrait avoir au sujet du/de la candidat(e). Toutes les pièces du dossier doivent être envoyées à partir de l’adresse électronique du point de contact autorisé de l’université, tel qu’indiqué dans le formulaire de candidature en ligne. Il appartient à l’université présentant le/la candidat(e) de désigner ce point de contact.

10. J’ai été sélectionné par mon université. Quels sont les documents à fournir pour que mon dossier de candidature soit complet ?

a.
Une fois le formulaire de candidature en ligne rempli pour chacun(e) des candidat(e)s qu’elle a désigné(e)s, l’université doit fournir, à l’appui de chaque candidature, et en utilisant l’adresse électronique du point de contact, les six éléments suivants :
i. Lettre officielle de l’université soumettant la candidature
ii. Formulaire de notice personnelle de la CIJ
iii. Tableau récapitulatif du profil du/de la candidat(e)
iv. Lettres de recommandation
v. Relevés de notes officiels
vi. Echantillon de texte rédigé par le/la candidat(e)
b.
Des instructions relatives à la suite de la procédure de candidature sont envoyées, avec le formulaire de notice personnelle de la CIJ et le tableau récapitulatif du profil du/de la candidat(e), dans le courriel de confirmation que reçoit le point de contact après l’envoi du formulaire de candidature.

Qui peut rédiger les lettres de recommandation d’un(e) candidat(e) ?

a.
Peut rédiger une lettre de recommandation toute personne qui est, dans un cadre universitaire ou professionnel, en contact avec le/la candidat(e). Les candidat(e)s peuvent soumettre deux ou trois lettres de recommandation.

12. Quels sont les critères à respecter pour l’échantillon de texte ?

a.
L’échantillon doit être un texte de 15 pages au maximum (bibliographie comprise) rédigé en anglais ou en français. Il doit porter, de préférence, sur un sujet de droit international public, et avoir été écrit et présenté en tant que publication dans le cadre du cursus universitaire du/de la candidat(e), ou sous forme de note produite à des fins professionnelles. Il est aussi possible de soumettre des extraits d’un article plus long ou plusieurs textes courts, tant que le nombre limite de pages est respecté.
b.
L’échantillon doit être conforme aux directives de formatage généralement suivies.

© Cour internationale de Justice 2017-2023 – tous droits réservés.